User Rating:  / 2
PoorBest 

coverTitre | Erik Satie : Correspondance presque complète

Auteur | Ornella Volta

Editeur | Fayard

Data: 2000 | pp. 1234 | ISBN 978-2213606743 | poche |


Depuis un quart de siècle, la musicologue Ornella Volta consacre l'essentiel de son activité à Erik Satie. Fruit de ces années de recherche : la compilation quasi exhaustive de la correspondance du compositeur français. Un imposant volume de plus de mille pages, où sont minutieusement consignées les lettres que le maître d'Arcueil adressa de 1891 à 1925. Les heureux récipiendaires de ces missives sont aussi nombreux que célèbres : Guillaume Apollinaire, Jean Cocteau, Pablo Picasso, Maurice Ravel et Darius Milhaud comptent au nombre de ses correspondants réguliers. Si cet ouvrage est d'un intérêt manifeste, c'est que chez Satie la relation épistolaire est une forme d'expression artistique à part entière, au même titre que sa musique. Du moins est-ce un véhicule de communication privilégié, plein d'humour et de tendresse, de flèches assassines ou de coups de griffe. Classées chronologiquement, ces lettres offrent un plaisir sans cesse renouvelé, même si certains commentaires pourront paraître arides aux non-spécialistes. La dernière partie de ce livre monumental présente les biographies synthétiques des correspondants de Satie. Une belle leçon d'histoire. [Pierre Guillaume]
 

Quatrième de couverture

La correspondance d'Erik Satie fait intimement partie de sa légende. Rares sont les familiers du compositeur qui n'y ont pas fait allusion dans leurs souvenirs, allant parfois jusqu'à fantasmer sur la relation très spéciale qu'il aurait entretenue avec ce moyen de communication.

C'est par des lettres ouvertes qu'il a fait ses débuts en société, c'est par des épîtres comminatoires qu'il a obtenu le premier examen de sa production dans un théâtre national, c'est par un paquet de lettres non expédiées que l'on a pu prendre la mesure de son unique passion amoureuse, c'est à cause d'une carte postale injurieuse qu'il a connu ses pires tracas.

Coutumier de la lettre de démission, visant le plus souvent à dissoudre des groupes fondés par lui-même, Satie a fait de la bulle d'excommunication un genre littéraire et inventé la louange d'un admirateur imaginaire par voie postale pour sa propre publicité.

Forme privilégiée d'expression du compositeur, les lettres d'Erik Satie ont ravi, par leurs formules humoristiques et le soin qu'il prenait à les calligraphier à la façon d'un bénédictin, ses très nombreux et souvent très illustres correspondants - Apollinaire, Cocteau, René Clair, Debussy, Picasso, Diaghilev, Picabia - qui les ont, presque tous, précieusement conservées. Cette correspondance, qui reflète son caractère intime, offre également un étonnant portrait de la vie culturelle parisienne au tournant du siècle.

Powered by Bullraider.com
Joomla templates by a4joomla